Pendant le confinement, prier et nous retrouver - Aumônerie PJD

Pôle Jeunes Daubigny - Aumônerie Catholique - 28 rue Daubigny - 75017 PARIS - Tél. : 01 42 27 53 09 - aumonerie.pjd@gmail.com

Pendant le confinement, prier et nous retrouver

prier pendant la confinement : notre mission de chrétiens !

1000 invitations à prier en ce temps de confinement et surtout de virus ! 

Priez pour les malades, les soignants, les gouvernants, les pauvres, nos familles... 

Quel carême ! 

Et comme nous ne pouvons pas nous rassembler (seules les obsèques sont autorisées avec moins de 20 personnes), 1000 initiatives fleurissent sur le web... 

A st François de Sales, vous pouvez nous retrouver sur notre chaîne youtube ! Ou en allant sur youtube et en mettant dans la barre de recherche "messe à saint François de Sales Paris" : le dimanche à 11h - la semaine à 12 h - chemin de croix le vendredi à 15h ! 

Plus d'informations aussi sur le site de la paroisse.  

Et l'édito du Père Ollivier de dimanche dernier ci-dessous. 

 

Etranges moments, étrange carême

Il y a des évènements qui touchent la grande histoire comme la petite. Des instants dont chacun se souviendra à sa manière en se disant « j’étais à tel endroit. Voilà ce que j’ai vécu, ce que j’ai perçu ». Parce que notre vie change radicalement, nous nous souviendrons de ce moment : pour le pire certes, mais aussi pour le meilleur…

Notre manière de vivre est bouleversée. Nous ne connaissons pas l’ampleur des répercussions de ce virus sur notre vie, sur la société et sur notre système économique. Mais nous sommes aussi ramenés à l’instant présent, incapables que nous sommes de nous projeter. Et en cela, que de bonnes nouvelles ! Quelle résonnance avec l’esprit du carême !  

 Comment ne pas rendre grâce pour tous ces messages que nous nous envoyons ou ces appels que nous échangeons. Les technologies nous permettent si simplement de nous voir. Nous les critiquions parce qu’elles pouvaient devenir un refuge au réel.

Rendons grâce pour les sourires, les salutations échangées avec des inconnus dans la rue. Nous ne sommes plus assez nombreux pour rester anonymes. Nous n’avons plus peur d’être importunés par les autres. Nous revenons à des attitudes essentielles, vitales !

 Merci Seigneur pour ces temps en famille étonnants et… détonants !  A Paris, en exode, entre travail professionnel et travail scolaire. Merci aussi pour ces parties de ping-pong entre prêtres … dans la salle des mariages !  Merci pour cette clameur émouvante qui vous propulse à la fenêtre à 20h pour applaudir les soignants ! Nous devons doublement remercier ces derniers qui nous permettent de nous retrouver tous à nos fenêtres quand Paris semblait si vide ! Merci pour cette communion spirituelle lors de la messe filmée où nous sommes réunis, les uns orphelins d’assemblée, les autres privés de communion sacramentelle.

Merci Seigneur pour cette discussion avant le confinement  avec une famille de paroissiens et une pharmacienne de notre quartier : deux « joyeux anniversaire » chantés se sont transformés en deux « je vous salue Marie » pour calculer la durée de lavage des mains !

Oui, nous pouvons entrer ensemble dans ce dimanche de la joie (même si vous ne verrez que de loin nos chasubles roses) en nous laissant guider par l’aveugle que Jésus rencontre à la sortie du temple. Cet aveugle qui, comme nous, retrouve la vue ! Demandons au Seigneur qu’Il continue de nous libérer de notre cécité afin de rendre grâce pour la vie qui nous est donnée. N’oublions pas les personnes seules, de tous âges : celles que nous connaissons, celles qui sont peut-être encore dans notre immeuble et que nous n’avons pas repérées…

Le carême n’est pas fini, le confinement non plus. Ouvrons grands les yeux et vivons l’instant présent. « Demain aura souci de lui-même ; à chaque jour suffit sa peine » (Mt 6,33-34).

Père Ollivier de Loture+